Annie Abrahams est une artiste performeuse néerlandaise,  reconnue comme une pionnière dans les performances artistiques en réseau et les expérimentations d’écritures collectives. Elle utilise la video et les outils du net et les techniques d’écritures participatives et collectives. Annie Abrahams a écrit « Les humains sont les organes sexuels des machines ». On peut réfléchir pas mal de temps à ça. On dirait du K. Dick.

Pour mon premier roman, Un mort par page, ce qui faisait 162 morts, réelles ou symboliques, elle a imaginé un jeu interactif avec 162 boutons sur lesquels on pouvait lire « tuer ». En cliquant sur l’une de ces « invitations », le nom des 162 victimes apparaissait, « un chien », « Leonard de Vinci », une « Mort subite », « un spermatozoïde », « Dieu », « un inconnu » etc. En cliquant sur le nom d’une victime, on la supprimait définitivement. L’expérience convertissait le joueur en serial-killer digital. Les images ci-dessous sont des saisies d’écran du jeu.

L’expérience du jeu est toujours possible ici : http://bram.org/unmortparpage/

Image. 1Image. 2Image.3Image. 4Image. 5Image. 6Image. 7